Le traitement des données

L’intérêt des logiciels dédiés au traitement d’enquête réside d’abord dans l’ergonomie qui facilite et accélère grandement la saisie des réponses. Ce que l’on nomme dans le jargon le dépouillement de l’enquête peut être également fait directement lors de l’administration des questionnaires par téléphone (CATI) ou à l’aide d’outils nomades (Portable, PDA, etc.).

Le tri à plat

Il consiste à dépouiller le résultat d’une question posée pour compter la fréquence des réponses. Sur notre illustration, nous avons pris un échantillon de 5 individus, une femme, un homme, un haltérophile, un motard et un golfeur. Les quatre premiers ont répondu que la veille opérationnelle était passionnante soit 80% de l’échantillon.
A la question concernant la pétanque, 1/5 déclare ne jamais pratiquer, en l’occurrence notre golfeur.

Le tri croisé

Le tri croisé va consister à comparer les modalités d’une question avec les réponses données à une autre. Ainsi lorsque l’on croise la modalité « veille opérationnelle jugée passionnante » et la question « Vous préféreriez jouer à la pétanque » on obtient cette fois deux individus (l’homme et la femme) qui ont certes répondu que la veille opérationnelle est passionnante mais qui malgré cela préféreraient jouer à la pétanque. Ils représentent bien la moitié des quatre individus (une femme, un homme, un haltérophile, un motard) ayant répondu que la veille opérationnelle était passionnante. On peut ainsi énoncer que 50% de individus déclarant que la veille est passionnante déclarent aussi qu’ils préféreraient jouer à la pétanque.

Le tri croisé va permettre de réaliser des profils d’individus et de groupes. Ainsi en croisant, sexe, âge, csp et pratique de la pétanque, vous posez les bases d’une sociologie appliquée. C’est comme cela que l’on définit les caractéristiques des segments de consommateurs si chères au marketing.

Note : nous vous présentons ici brièvement le traitement de base d’une enquête. Il est bien évident qu’une majeure partie des statistiques et des calculs de probabilités font partie de la panoplie d’outils du marketing. Des simples moyennes, écarts types, coefficient de corrélation etc. jusqu’au traitement mathématiques les plus sophistiqués, tout ce qui peut servir à valider des hypothèses et confirmer des analyses est utilisé.